Balata, un jardin connu dans le monde entier

Tous les paradis sont des jardins et ce n’est pas un hasard si la magie du lieu, lors de la visite du Jardin Balata, donne aux visiteurs des sentiments surprenants. Le Jardin Balata est situé à environ 10 km de Fort-de-France sur la route qui mène à Morne Rouge, au pied des Pitons du Carbet. Cet itinéraire pittoresque s’appelle une route de ruelle.

En 1982, Jean-Philippe Thoze, jardinier, paysagiste et artiste dans l’âme, revient dans la maison créole de ses grands-parents, sur les traces de son enfance. De là, naîtra une passion pour la botanique, qui le mènera aux quatre coins du monde.

Le jardin, construit autour de de l’habitation familiale à l’architecture typiquement créole, est le fruit d’une parfaite alchimie entre un retour aux racines et un artiste atypique. Le Jardin de Balata a été construit sur un terrain ayant appartenu à ses grands-parents. Pendant dix ans, ces terres complètement abandonnées ont été rapidement et complètement colonisées par la forêt tropicale. L’aménagement du jardin, commencé en 1982, a donc nécessité des travaux considérables.

Un immense patrimoine floral

L’ouverture au public n’a pu avoir lieu qu’en 1986. Depuis ce moment, beaucoup d’efforts ont été entrepris pour embellir l’endroit. Le Jardin de Balata possède un immense patrimoine floral. Jean-Philippe Thoze a réussi à acclimater des espèces florales de toutes les régions tropicales du monde. À notre arrivée sur le site, nous nous immergeons immédiatement dans une installation typique de la Martinique.

Une succession de paysages variés

Le local d’accueil du public est situé dans une maison créole traditionnelle soigneusement rénovée et meublée dans un style antillais. La sortie se fait alors côté jardin sur une petite terrasse sur laquelle se nourrissent colibris où des mangeoires sont placées là à leur intention. L’espace sur lequel le jardin est aménagé est loin d’être plat, et pour cela il fallait créer un réseau de sentiers offrant une variété de paysages pour les visiteurs. D’où cette sensation au cours de la promenade d’être sans cesse surpris par de nouvelles découvertes.

Une très belle vue aérienne

La construction récente de balcons surélevés et de ponts bordés d’arbres, parfaitement sécurisés, offre également à ceux qui n’ont pas peur de la hauteur, la possibilité de profiter d’une belle vue aérienne. La végétation luxuriante permet aux randonneurs de marcher protégé du soleil, à l’ombre, sur la plupart du chemin. Cette protection est particulièrement appréciée si la visite a été planifiée en milieu de journée par beau temps.
Cependant, une météo plus instable ne doit pas nécessairement être décourageante pour y aller. En effet, les averses, suivies d’éclaircies sont fréquentes en Martinique, et produisent sur les fleurs et les feuilles des plantes du jardin des reflets éphémères brillants, particulièrement photogénique. La partie la plus basse du jardin, où se trouve un étang, est le clou du spectacle avec des jacinthes d’eau, des fleurs de lotus et d’innombrables poissons rouges. Tant qu’il y a une belle lumière du jour de la visite.